Notre philosophie du stage d'initiation

LE STAGE D'INITIATION EN QUELQUES MOTS :
 

Vous avez décidé de goûter aux joies de l'air en vous inscrivant à un stage d'initiation au Parapente. Notre objectif, durant ces quelques jours, est de vous faire découvrir un sport merveilleux, pour qui sait consommer avec modération.

Le philosophe s'envoie en l'air

A partir de ce que vous avez vu à la télévision, lu dans les magazines ou vu sur des terrains de décollage ou d'atterrissage, sans doute avez-vous une vision un peu déformée du Parapente.

Il est vrai que les gestes techniques à accomplir pour se retrouver en l'air sont rudimentaires. Il n'y a pas d'aéronef dont la prise de commandes soit aussi rapide.

Qui se risquerait en effet, après quelques minutes d'observation, à prendre seul les commandes d'un Airbus ou d'un avion de tourisme ? Avec un Parapente, comme à la SNCF, c'est possible !

Cette simplicité relative des gestes techniques à accomplir ne doit pas masquer l'essentiel : le milieu dans lequel se déplacent tous ceux qui volent. L'atmosphère est un milieu en mouvement perpétuel. La difficulté, pour tout pilote, est de maîtriser ces multiples mouvements afin d'éviter les pièges (ils sont parfois redoutables, sans jamais être peints en rouge ou signalés par un panneau), mais aussi de profiter des ascendances et du vent pour rester des heures en l'air pour flirter avec le nuages ou (et) aller découvrir d'autres horizons en parcourant des dizaines de kilomètres.

Pendant ces quelques jours d'initiation, nous allons donc :

1- Vous apprendre les gestes de base, les automatismes pour parvenir par bonnes conditions et toujours sous notre contrôle vigilant, à décoller seul et à rejoindre sans encombre le plancher des vaches...

Cette acquisition - il en est de même dans toutes les activités sportives - a quelque chose de fastidieux, voire de rébarbatif parfois, puisqu'elle exige de répéter de multiples fois les mêmes gestes jusqu'à ce qu'ils soient presque parfaits. Mais, c'est à ce prix que l'on évite les petits "bobos".

 

 

L'essentiel de ce travail se fera au sol dans un premier temps, sans décoller, puis progressivement sur de petites pentes qui vous permettront de vous élever de plus en plus haut. Ce travail exigera entre une et deux journées d'effort physique (d'où la nécessité d'avoir une bonne condition physique).

 

 

A la fin de ces deux journées d'exercices, vous éprouverez vos premières sensations fortes lors de petits vols d'une centaine de mètres de dénivelé. Vous serez alors guidé par radio, par deux moniteurs, du décollage à l'atterrissage.

Et lorsque nous vous estimerons suffisamment sûrs de votre technique (après 4, 5, ...10 petits vols, cela dépendra d'abord de vous), et si les conditions atmosphériques l'autorisent, vous ferez 1, 2, 3, ...8 grands vols d'ici la fin du stage. Ils ne sont pas plus difficiles que les petits mais plus longs (dénivelé de 300 à 700 mètres) donc plus gratifiants pour vous. Ils permettent, en outre, de vous faire faire des exercices que l'on ne peut pas faire "au ras des pâquerettes" : lâché des freins, pilotage aux arrières, 360, prises de terrain, ...Tout cela bien sûr avec guidage radio, doublé par un guidage visuel (grosse flèche fluo immanquable en cas de panne d'oreilles, ...

 

 

 

 
 
 
 
 
 
Autant que possible, mais cela dépendra surtout des conditions météo, vous volerez sur des sites différents afin de découvrir d'autres conditions de vol.
 

 

Insistons encore sur le fait que nous ne pouvons vous garantir que vous ferez "X" grands vols. S'engager ainsi serait absurde et dangereux.

* Absurde car nous sommes extrêmement dépendants des conditions météorologiques et de vos capacités à progresser lesquelles s'avèrent être très inégales.

* Dangereux car vouloir à tout prix atteindre un nombre prédéterminé de grands vols à la fin du stage d'initiation risquerait de nous obliger à négliger la solide maîtrise des gestes de base , au détriment de la sécurité. On ne fait pas du Parapente comme on pratique le tir à l'arc, le cheval ou le golf parce qu'on veut "voir ce que c'est", ou parce que c'est "fun", ou parce que l'on veut "s'éclater". Il faut savoir être patient et accepter de ne pas brûler les étapes de la progression pour éviter l'accident.

 

2 - Nous allons, d'autre part, jour après jour, sur le terrain mais également tous les jours en salle vous donner quelques rudiments pour :

* Comprendre pourquoi vous VOLEZ et ne tombez pas comme des fers à repasser, histoire de ne pas voler idiot !

* Analyser les réactions de votre voile et les effets de vos gestes sur son comportement.

* Comprendre les différents mouvements de l'air, à l'échelle locale comme à l'échelle du pays.

* Connaître les réglementations qui s'appliquent à la pratique du Parapente.

* Découvrir enfin, les autres aspects de ce sport : son histoire, les différents niveaux de pratique, le matériel,...

 
 
 
 
 

Il est vivement recommandé de vous plonger, dés à présent, dans l'étude de bouquins sur ces thèmes. Demandez nous conseil !

Vous avez donc compris que, parallèlement à un apprentissage sur le terrain, vous profiterez d'une petite formation théorique. Ceux qui s'étonneraient de voir ainsi l'accent mis sur la THEORIE dans un stage de découverte du parapente, doivent savoir que l'on ne peu pas voler en sécurité sans comprendre ce qu'est un parapente, comment il faut voler et sans maîtriser un peu le milieu dans lequel il évolue. 99% des accidents sont provoqués par des erreurs humaines, des erreurs de pilotes qui ont surestimé leurs capacités et (ou) celles de leur voile, ou qui n'ont pas su deviner les pièges en l'air ...

 

BON STAGE

DAVID et DIDIER, Les Moniteurs.